hitchcock-suspense

5 œuvres cinématographiques d’Alfred Hitchcock à voir

Vous êtes un cinéphile et vous n’avez pas encore vu les films d’Alfred Hitchcock ? Vite, il est temps d’enrichir votre culture cinématographique américaine avec une sélection spéciale d’œuvres classiques, réalisées par le célèbre Maître du suspense. Laissez-moi vous présenter cinq chefs-d’œuvre hitchcockiens qui vous feront frémir d’angoisse ! 

Rebecca

Le film Rebecca, sorti en 1940, est une adaptation cinématographique du roman éponyme de Daphné du Maurier. L’œuvre cinématographique conte l’histoire de Monsieur de Winter, un homme veuf, qui se remarie avec une femme. Afin de reconstruire sa vie amoureuse, il invite sa nouvelle épouse à vivre dans son château. Toujours hantée par le souvenir de sa défunte femme, Rebecca, la demeure dans laquelle s’installe sa nouvelle conjointe semble être habitée par un fantôme. Encore épris d’affection pour leur ancienne maîtresse de maison, les domestiques accueillent de façon froide et glaciale la nouvelle Madame de Winter. L’atmosphère sinistre et angoissante du manoir confère aux personnages un aspect très morbide. Est-ce que le souvenir de Rebecca se dissipera peu à peu dans le film ?  Pour le découvrir, je vous conseille de le visionner !

La corde

La corde a été réalisée en 1948, en s’inspirant de la pièce théâtrale Rope’s End de Patrick Hamilton, publiée en 1929. De telle façon à respecter la règle des trois unités du théâtre, le film d’Hitchcock a été filmé en plan-séquences du début à la fin. L’action se déroule dans un appartement new-yorkais, où deux étudiants en psychologie cherchent à commettre le crime parfait, avant de donner une réception dans la salle de séjour. Les deux complices assassinent leur collègue de classe, dénommé David, à l’aide d’une corde, puis dissimulent son corps dans un coffre dans le salon. Ils mettent alors en place une mascarade afin de pimenter leur expérience en invitant les amis et les parents de leur défunt collègue, en dressant la table non pas dans la cuisine, mais sur le fameux coffre. Inquiets au sujet de David, ses proches s’interrogent sur sa disparition. Les deux partenaires de crime vont-ils s’en tirer ou bien seront-ils pris à leur propre piège ?

Sueurs froides / Vertigo

L’œuvre Sueurs froides produite en 1958 est une interprétation du roman de Boileau-Narcejac intitulé D’entre les morts. Cette fois-ci, l’acteur James Stewart incarne le rôle de Scottie, un policier. Le titre original du film Vertigo  prend sens lorsque le spectateur apprend que le héros est victime de vertiges, ce qui l’a poussé à démissionner de ses fonctions, étant donné qu’il considérait être responsable du décès d’un de ses collègues. Un jour, un homme qu’il connaît d’antan le contacte pour lui demander de suivre sa femme, laquelle manifeste une curieuse attitude. Celle-ci semble être possédée par l’esprit de sa grand-mère nommée Carlotta Valdes. Scottie tombe amoureux de Madeleine après l’avoir sauvée de sa tentative de suicide. Cette œuvre cinématographique joue sur les faux-semblants, ce qui amplifie le suspense. Aussi, l’étrangeté du film réside dans la mise en scène d’un tableau énigmatique, plus précisément la peinture d’une femme. Petite parenthèse, si vous appréciez l’art pictural, vous pouvez consulter mon article sur « Le top 10 des œuvres d’art à connaître ». Afin de laisser planer le mystère du film Sueurs froides, je ne vous révèle pas la suite du récit et vous invite vivement à le regarder tout en mangeant du popcorn !

Psychose

Si le suspense n’est toujours pas assez intense après avoir vu les trois œuvres précédentes, alors laissez-moi vous exposer Psychose. Réalisé en 1960, ce film s’est inspiré de l’œuvre littéraire éponyme de Robert Bloch. En noir et blanc, cette œuvre cinématographique frôle l’épouvante. Même si vous ne l’avez pas encore vu, vous avez certainement dû entendre parler de la célèbre scène sous la douche, où une jeune femme se fait assassiner avec un couteau. Accompagnés par une musique stridente, les images sont assez troublantes puisque l’on aperçoit l’assassin donner plusieurs coups de couteau à sa victime, dont le sang s’écoule dans la baignoire. Je vous recommande de ne pas visionner ce film terrifiant avant d’aller vous coucher, sinon vous risquez de devenir complètement paranoïaque.

Les Oiseaux

Encore une fois, Hitchcock s’inspire d’une nouvelle écrite par la romancière Daphné du Maurier pour la conception de l’œuvre Les Oiseaux en 1963. Dans ce film, les personnages se font violemment attaqués et pourchassés par des oiseaux. Pour cette œuvre, le Maître du suspense a choisi de ne pas utiliser de musique en fond sonore, afin d’accroître le suspense. En effet, ce sont les cris des oiseaux qui donnent du rythme en créant une certaine angoisse chez le public. En ce qui concerne la mise en scène des volatiles, il faut savoir que des milliers d’oiseaux ont été dressés, notamment des mouettes, des moineaux ou encore des corbeaux freux, etc. Aussi, l’utilisation d’oiseaux mécaniques a permis de tourner certains plans. La représentation des oiseaux qui est donnée au spectateur est très spectaculaire et effrayante. Après avoir vu ce film, vous ne percevrez certainement plus les oiseaux de la même façon !     

Alors, quel film d’Hitchcock va vous faire le plus frissonner ? N’hésitez pas à partager vos impressions en postant un commentaire. Si vous avez des suggestions pour de futurs articles pour la rubrique Cinéma & Photographie, vous pouvez également me les communiquer !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *