arthur-piroton-bande-dessinee

Aperçu des œuvres du dessinateur Arthur Piroton

Vous aimez l’art et êtes passionné par le dessin ? Dans ce cas, c’est le moment de découvrir les œuvres de l’artiste Arthur Piroton ! Ce dessinateur est à l’origine de plusieurs bandes dessinées, dont Jess Long, laquelle je vous propose d’explorer, ainsi que le parcours de l’artiste !

Le parcours artistique d’Arthur Piroton

Dessinateur de renom, Arthur Piroton est né en 1931 dans le village de Vien en Belgique et est décédé en 1996 à Anthisnes, où une rue porte désormais son nom. Passionné par le dessin depuis tout petit, il décide un jour d’écrire à Hergé, autre grand dessinateur, afin que celui-ci lui prodigue quelques conseils pour poursuivre cette carrière peu conventionnelle. Ce sera chose faite lorsqu’Hergé lui reconnaîtra un talent certain et lui conseillera de prendre des cours de dessin. Arthur Piroton ne tentera pas les beaux-arts mais prendra des cours de dessin par correspondance afin de parfaire son talent (dans le même sujet).

C’est en 1950 qu’Arthur Piroton publiera ses premières illustrations dans Le crime de Tolumont dans le quotidien belge La Cité. Cette première histoire lui a mis le pied à l’étrier et il publiera d’autres travaux durant les années 50 dans différents journaux. C’est en 1956 que sa carrière de dessinateur va être concrètement lancée lorsqu’il intègre les éditions Dupuis comme nouveau talent. Maison emblématique de Spirou, celle-ci cherche à lancer un nouveau magazine qui s’adresserait à un public plus âgé que la cible de cette célèbre bande-dessinée. Elle engage alors Arthur Piroton comme nouvelle recrue pour ce magazine.

Il commencera donc à exercer son talent de dessinateur en illustrant des articles et des romans parus dans divers magazines de la maison comme Risque-Tout, ce nouveau magazine dont la parution ne durera qu’une année, ou encore Bonnes Soirées. Il fut également chargé de l’illustration du roman de Xavier Snoeck intitulé Demain l’Aile Rouge en 1957 pour le journal de Spirou. Arthur Piroton collaborera avec ce journal tout au long de sa carrière avec des illustrations et des fictions.

Dès 1958, il réalisera des histoires pour l’Oncle Paul pendant vingt ans tout en illustrant les scénarios de Charles Jadoul pour « les aventures de Michel et Thierry », l’histoire d’un adolescent et d’un homme, passionnés par l’aéromodélisme. C’est encore pour Spirou qu’il créera sa première bande-dessinée Martin Lebart en 1968. C’est un an plus tard que sera lancé son travail le plus connu Jess Long qu’il partagera avec Maurice Tillieux comme scénariste.

La série Jess Long de l’artiste

Charles Dupuis, l’éditeur de la maison Dupuis, remarque très rapidement le talent d’Arthur Piroton et veut le mettre en valeur avec un scénario à la hauteur du graphisme de ses illustrations. C’est alors que Maurice Tillieux entre en jeu et grâce à la complicité qui s’installe rapidement entre eux dans le travail, ils créent Jess Long en 1969.

Riche d’un scénario bien ficelé avec une véritable documentation sur les Etats-Unis et l’univers du F.B.I., le lecteur est transporté au travers des différentes enquêtes du héros. Le succès s’impose rapidement grâce à ses personnages et son environnement réalistes, qui apporte à Arthur Piroton une certaine maturité dans son art. Les créations artistiques qu’il apporte dans cette œuvre sont efficaces et surmontent les difficultés avec précision et clarté. Portée par les scénarios originaux de Maurice Tillieux, la disparition de ce dernier à la fin des années 70 pouvait laisser craindre une perte de vitesse de la bande-dessinée qui pourtant ne s’est pas essoufflée grâce à l’efficacité des personnages depuis sa création. Arthur Piroton a repris le relai le temps de quelques épisodes avant de passer la main à d’autres scénaristes qui se succèderont.

En effet, cette bande-dessinée retrace les péripéties de Jess Long, un agent du F.B.I., et de son coéquipier Slim Sullivan qui s’occupent de résoudre ensemble de nombreuses enquêtes aux Etats-Unis, mais aussi au Canada et en Belgique pour certains épisodes. Ce qui fait le charme de cette bande-dessinée, ce sont les détails réalistes de l’univers dans lequel évoluent les personnages, détails qui sont le fruit de recherches acharnées d’Arthur Piroton afin d’être le plus proche des véritables lieux où les intrigues ont lieu.

Les aventures de ces deux agents, si différents mais si complémentaires, vont ravir les lecteurs le long des vingt-deux numéros de cette bande-dessinée qui se sont éteintes avec son dessinateur mais qui reste un plaisir indémodable pour ses lecteurs.

Zoom sur un dessin de la série Jess Long

Ce qui caractérise le travail d’Arthur Piroton, c’est avant tout la précision de son graphisme. Dans un univers où habituellement les couleurs sont un élément majeur, il apporte une véritable précision du trait de crayon, une précision qui colle parfaitement à l’univers policier de ses histoires. Il a su mélanger deux styles assez différents, d’une part le graphisme de la bande dessinée franco-belge et de l’autre, il utilisera comme support le style des « comic books » américains, terre où évoluent ses personnages. C’est cette technique qui apporte toute l’originalité et le modernisme de son travail et qui en fait une œuvre intemporelle.

Jess Long, le personnage principal de cette bande-dessinée, est assez caricatural. Grand et brun, ses traits sont très précis, ce qui renforce la personnalité calme dont il est doté. Il fume souvent sa pipe qui devient rapidement un élément incontournable de sa panoplie. Il est accompagné de son coéquipier, Slim Sullivan, qui porte toujours ses lunettes fumés qui cachent constamment son regard et son chapeau qui en fait un personnage moins chic que son collègue, mais plus dans l’action.

L’importance du graphisme passe avant tout dans le réalisme des dessins et aucun détail n’est laissé au hasard. Rappelant quelque peu les peintures de Roy Lichtenstein, l’esprit de Jess Long passe par la capacité d’emmener le lecteur au travers des aventures et des poursuites des héros, tout en gardant cette clarté des lignes. Les traits sont précis, ce qui est une des caractéristiques principales de ses œuvres. Elles peuvent être admirées au détour d’une exposition comme il y en assez souvent dans la région où il a vécu.

Alors, qu’avez-vous pensé de l’artiste Arthur Piroton et de ses œuvres ? Avez-vous déjà eu l’occasion d’assister à une exposition qui présente ses dessins ? N’hésitez pas à partager vos goûts et vos avis en matière d’art en laissant un commentaire. Si vous avez aimé lire cet article, dans ce cas, je vous recommande de consulter celui sur L’art contemporain pour les nuls ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *