ballerine-ballet-danse

La Belle au bois dormant, un ballet classique fabuleux

Entre poésie et rêverie, la danse classique ancre le spectateur dans un univers féerique. La splendeur des ballets réside à travers la mise en scène, c’est-à-dire le décor, et la composition chorégraphique des ballerines. Lors des représentations artistiques, des contes merveilleux sont illustrés sur l’espace scénique. Le ballet que je préfère est celui de La Belle au bois dormant, joué par la compagnie de Saint-Pétersbourg. Si j’ai trouvé ce spectacle éblouissant et magique, c’est pour plusieurs raisons.  

Le conte de Perrault et l’adaptation des frères Grimm

Le ballet de La Belle au bois dormant a été inspiré par le conte de Charles Perrault. Toutefois, la composition musicale de Tchaïkovski a été axée sur le scénario des Frères Grimm, qui ont revisité le conte. Il faut noter que ces deux versions se différencient par la chute finale de l’histoire. Lorsqu’on pense à La Belle au bois dormant, on a en tête la version de Walt Disney, qui s’appuie davantage sur la version de Perrault que celle des Frères Grimm. Dans le dessin animé, la sorcière Maléfique remplace la fée Carabosse de l’œuvre littéraire, qui incarne le Mal. Dans le ballet, on retrouve la fée Carabosse qui est constamment confrontée au Bien, représenté par la fée des Lilas.

Les musiques de Tchaïkovski jouées par un orchestre symphonique

Le célèbre compositeur Tchaïkovski a écrit des œuvres musicales, dont certaines destinées à des ballets classiques, à savoir Le lac de cygnes, La Belle au bois dormant et Casse-noisette. Reprises par un orchestre symphonique, placé juste devant la scène, les mélodies retentissent encore dans ma tête et continuent à me faire rêver. La musique de Tchaïkovski emporte le public dans un autre monde, ce qui est vraiment fascinant. Celle-ci instaure une atmosphère propre à la narration, autrement dit les sonorités stridentes visent à introduire du suspense et de l’angoisse, tandis que les sonorités plus douces créent un environnement apaisant. Si vous aimez avoir des frissons, alors lisez mon article sur les 5 œuvres cinématographiques d’Alfred Hitchcock.

Le décor du ballet de La Belle au bois dormant

Ce ballet est construit autour de cinq tableaux, c’est-à-dire cinq décors différents. Ces derniers permettent de recréer l’univers du conte. Ainsi, au début du spectacle, les décors utilisés sont composés de couleurs sombres. Ceci confère un aspect inquiétant et angoissant à la scène afin d’introduire le personnage de la fée Carabosse, qui symbolise le Mal. Par opposition, des décors lumineux permettent de mettre en place une ambiance rassurante et sereine, comme par exemple lorsque les protagonistes principaux, le prince et la princesse, célèbrent leur mariage.

La performance des danseuses classiques

Coiffées d’un joli chignon et vêtues d’un tutu rose, les ballerines dégagent une certaine élégance. De plus, leur gestuelle est raffinée et leurs pas de danse relèvent d’une précision extrême. Sur les pointes, les danseuses classiques se déplacent avec grâce et de façon harmonieuse. Elles maîtrisent parfaitement l’art du « pas de deux », qui correspond à une structure, conçue pour deux danseurs, par le chorégraphe Marius Petipa. Le « pas de deux » désigne donc la succession de trois mouvements : l’adage, les variations et la coda (+ d’infos).

Avez-vous déjà eu l’occasion d’assister à un ballet ? Si oui, lequel et qu’avez-vous préféré ? N’hésitez pas à partager votre opinion en laissant un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *